Histoire du café au Rwanda 7

Le café au Pays des Mille Collines: Histoire et économie du café Rwandais

Au cœur de l’Afrique, le Rwanda, souvent évoqué pour son relief ondoyant et sa biodiversité riche, offre une mosaïque de collines verdoyantes propices à l’agriculture. Au sein de cette topographie unique s’épanouit une culture qui, au fil des siècles, est devenue l’un des piliers de l’économie rwandaise : le café. Cet article aspire à traverser les époques, de l’introduction du caféier en terre rwandaise jusqu’à sa position actuelle sur le marché mondial, pour offrir une synthèse complète et la plus exhaustive possible sur l’histoire du café au Rwanda.

Vous pouvez achetez vos café rwandais chez votre torréfacteur préféré, Café D’Oriant !

L’Introduction du café au Rwanda: un héritage colonial

Le café fut introduit au Rwanda à l’époque coloniale belge, dans les années 1900. Les colons belges, reconnaissant le potentiel des sols volcaniques et du climat équatorial de la région, ont encouragé la culture du café comme culture d’exportation. Initialement, cette initiative rencontra l’hostilité des agriculteurs locaux, réticents à adopter une culture qui ne faisait pas partie de leurs traditions. Cependant, sous la pression coloniale, la production de café s’est développée, devenant un instrument de l’économie de rente.

Drapeau du Rwanda

La caféiculture rwandaise face à la tourmente de la guerre civile

Durant les années 1990, le Rwanda a été plongé dans une tragédie incommensurable, avec une guerre civile qui a conduit au génocide de 1994. Cette période de profondes perturbations a eu des répercussions dévastatrices sur tous les secteurs de la société rwandaise, y compris la caféiculture. Les plantations de café, qui avaient été méticuleusement cultivées pendant des générations, ont souffert de l’abandon forcé, car les agriculteurs luttèrent pour leur survie plutôt que pour la récolte de leur café. L’infrastructure de soutien, telle que les routes de transport et les systèmes de marché, s’est effondrée, ce qui a gravement entravé la commercialisation et l’exportation du café. De plus, la crise a provoqué une perte significative de connaissances agricoles à cause du déplacement et de la perte de vies humaines. Néanmoins, la résilience du secteur caféicole rwandais fut remarquable. Après le conflit, malgré les obstacles imposants, la reprise de la caféiculture a servi de catalyseur pour la reconstruction économique et la réconciliation nationale, marquant les premiers pas vers la restauration de l’industrie et la guérison des cicatrices du pays. Il a fallu plusieurs années, suite à la fin du conflit, pour que la production de café du pays revienne à des niveaux équivalents à ceux d’avant-guerre, et que le même niveau de qualité soit atteint dans le production. La structure même des producteurs d’arabica a dû repartir de zéro, de nombreuses plantations ayant été partiellement rasées. Le pays à reçu de l’aide de la société étrangère, et la réglementation interne s’est développée pour appuyer une normalisation du système et un développement de la qualité pour une consommation à l’international. L’action des français lors de cette crise fait encore l’objet de nombreux débats au sein des historiens et des politologues. La fin du siècle rwandais est restée dans les mémoires du monde comme l’un des événements les plus tragiques qui soit, générant des millions de victimes civiles.

Géographie et Climat: Terreau de l’Excellence du Café Rwandais

Le Rwanda est souvent surnommé le pays des mille collines en raison de son relief vallonné, avec une altitude variant entre 900 et 4500 mètres. Ce relief, combiné à un climat tropical de haute altitude et des sols riches en nutriments, offre des conditions idéales pour la culture du café arabica, réputé pour sa qualité supérieure. La répartition des précipitations, la température constante et la présence naturelle d’ombrage permettent une maturation lente des cerises de café, ce qui se traduit par une densité et une complexité aromatique recherchées. Comme d’autres pays d’Afrique qui sont particulièrement vallonés, le Rwanda a l’avantage de proposer des cafés qui sont particulièrement différents les un des autres selon les fermes, grâce à de petites enclaves géographiques qui forment leur terroir propre. Les tonnes de cafés qui sont destinées à l’export font donc souvent l’objet de test spécifique par les torréfacteurs, qui choisissent ceux dont les goûts sont les plus fins. Le rôle du torréfacteur de Bretagne prend ici toute son ampleur, car il doit veiller lors de la torréfaction à préserver la spécialité aromatique de chaque grain en fonction de sa provenance spécifique. Le prix va également fluctuer en fonction de la ferme spécifique et de son terroir propre. Il n’y a pas vraiment de sens à parler du prix de la tonne de Bourbon au Rwanda par exemple, la caféiculture est trop riche pour pouvoir standardiser le grain de cette région d’Afrique.

Les Modes de Culture: Entre Tradition et Modernité

La culture du café au Rwanda est principalement l’œuvre de petits exploitants. Ces derniers gèrent de minuscules parcelles de terre, souvent moins d’un hectare. Le café y est cultivé selon des méthodes traditionnelles, avec un souci croissant pour les pratiques durables et biologiques. La cueillette se fait manuellement, ce qui garantit la sélection des grains à parfaite maturité.

Dans les années récentes, le gouvernement rwandais et divers organismes internationaux ont investi dans la modernisation de la filière café. Les stations de lavage et les techniques de traitement post-récolte se sont perfectionnées, permettant d’améliorer significativement la qualité du café rwandais. Ces évolutions permettent aussi à la structure coopérative de limiter la hausse du prix des tonnes de cafés, en réduisant la complexité du travail et en optimisant le traitement du grain sur place. L’on peut faire ici de nombreux parallèles avec le développement du marché du café en Éthiopie.

Personne sélectionnant des grains de café

L’état du marché: Le café rwandais sur la scène mondiale

Aujourd’hui, le café est l’un des principaux produits d’exportation du Rwanda, avec une production annuelle avoisinant les 22 000 tonnes. Le café rwandais jouit d’une appellation d’origine et est très prisé par les connaisseurs et les marchés de niche, notamment pour ses qualités gustatives uniques, avec des notes de fruits rouges, d’agrumes et de fleurs. Durant le siècle à venir, le café restera l’une des productions phare de la région, comme c’est le cas dans d’autres zones en Afrique : de ce fait, les plants de caféiers constitueront toujours l’un des biais de subsistance majeure d’une partie importante de la population. Le café au Rwanda est aussi le fait des femmes, qui s’assemblent parfois en coopérative de producteurs, une bonne chose pour la protection de leurs statuts à l’avenir. Il existe désormais des fermes spécifiquement féminines, et il s’agit parfois d’un argument à l’exportation. Il apparaît parfois de légères transformations du goût du produit, lié à une maladie typique du Rwanda qui abîme le café en lui donnant un goût de pomme de terre fraîchement épluchée. Ce souci reste assez rare dans les cafés d’exportation rwandais.

Le marché du café rwandais est en pleine transformation. Les initiatives telles que le Rwanda Coffee Development Authority (Rwanda CDA) et le projet du Sustainable Agriculture Intensification and Food Security Project (SAIP) visent à soutenir les caféiculteurs, à promouvoir les exportations et à améliorer la qualité de production.

Vers un Avenir Durable

L’histoire du café au Rwanda est une épopée qui reflète les tumultes de l’histoire, l’adaptabilité d’une culture et l’ingéniosité d’un peuple. À l’avenir, le défi pour le Rwanda sera de maintenir la balance entre la préservation de ses méthodes de culture traditionnelles et l’adaptation aux exigences du marché mondial. Avec les efforts déployés pour une production durable et de qualité, le café rwandais est en bonne voie de devenir non seulement une source de revenu essentielle mais aussi un ambassadeur.

Focus sur notre café

Les cafés du continent africain - Simbi
Profil : gourmand - Notes : cassonade, chocolat au lait, fruits rouges
Un café équilibré, harmonieux aux notes de fruits rouges, cassonade et chocolat au lait.

Carte d'identité du café

Pays & régionLes cafés du continent africain, Montagne
PlantationHistoire du café au Rwanda
VariétéBourbon
Profil aromatiqueGourmand
RécolteOctobre 2023
ProcessNature
Altitude1800 m
Christophe apportant un café en courant