Illustration d'une plantation de café en Colombie

La Colombie est le troisième pays producteur de café au monde. Aucun autre produit n’est plus lié à l’histoire et à la culture du pays que le café.

Le secteur du café est extrêmement important pour l’économie colombienne. Il représente 22 % du PIB agricole du pays et la principale source de revenus pour plus de 550 000 familles. C’est aussi le produit le plus exporté. De plus, les cafés de spécialité sont de plus en plus développés au sein de l’agriculture nationale colombienne.

Au niveau de la surface occupée, la culture du café occupe une place très importante avec 22 des 32 départements du pays qui produisent du café. 96% des producteurs sont des petits producteurs et ils possèdent en moyenne 1,3 hectare de café.

Régions qui produisent du café

Les principaux départements producteurs de café sont Huila, Antioquia, Tolima, Caldas, Valle del Cauca, Cauca, Risaralda, Santander, Cundinamarca, Nariño, Quindío, Norte de Santander, Cesar, La Guajira, Magdalena, Boyacá, Meta, Casanare et Caquetá.

La Colombie bénéficie d’une grande diversité de climats et d’une topographie favorable à l’accueil de plusieurs écosystèmes. La situation géographique spécifique de chaque région caféière colombienne détermine des conditions particulières de disponibilité de l’eau, de température, de rayonnement solaire et de régime des vents. Il s’avère donc que le café frais colombien est récolté régulièrement dans tout le pays, tout au long de l’année.

Dans la plupart des régions productrices de café, la période de floraison s’étend de janvier à mars et une deuxième période de juillet à septembre. La récolte principale dans ces régions a lieu entre septembre et décembre. La récolte secondaire, appelée « mitaca », a lieu entre avril et juin. La récolte principale et celle de la mitaca peuvent alterner dans d’autres régions en fonction de leur latitude.

Vallée en Colombie

Variétés de café colombien

Les principales variétés cultivées sont : Typica, Bourbon (jaune, rouge, rose, orange), Caturra (jaune et rouge), Maragogype, Pacamara, Castillo, Colombia, Marsellesa, Tabi. Récemment, la variété Geisha – connue pour sa grande complexité et sa qualité malgré son faible rendement – a été introduite de manière expérimentale.

La Fédération nationale des producteurs de café de Colombie encourage l’utilisation de variétés hybrides plus productives, résistantes aux maladies et au changement climatique. Le pays compte d’importants centres de recherche qui se consacrent à l’étude et à l’amélioration de tous les aspects liés à la culture du café et à ses communautés : Cenicafé entre Manizales et Chinchina ; Tecnicafé près de Popayán, Cauca.

Profil général de la tasse

La Colombie est connue pour sa production de cafés doux et propres, avec une acidité relativement élevée, un corps équilibré, un arôme intense et un profil sensoriel d’excellente qualité. Ce qui est lié aussi l’histoire du café de Colombie.

Toutefois, d’une région à l’autre, le café peut présenter un profil organoleptique différent. Dans les zones méridionales du pays, par exemple, proches de l’équateur, le café est produit à une altitude plus élevée et à des températures qui, sans être extrêmes, sont moins élevées. Les cafés produits dans des régions spécifiques telles que Nariño, Cauca, Huila ou Tolima Sud ont des cycles de récolte particuliers et produisent généralement des cafés plus acides.

En revanche, les cafés produits dans le nord du pays – dans des régions telles que la Sierra Nevada de Santa Marta, la Serranía del Perijá ou les départements colombiens de Casanare, Santander et du nord de Santander – présentent une offre climatique différente. Elles poussent à des altitudes plus basses et à des températures plus élevées. En outre, les cultures sont souvent protégées du rayonnement solaire par différents niveaux d’ombre. Une série de facteurs qui modifient le profil de la tasse : généralement moins d’acidité mais un corps plus profond.

Tasse de café

La Fédération nationale des producteurs de café

La FNC est une organisation fédérative et démocratique qui représente les intérêts d’environ 523 000 familles de caféiers colombiens. Son objectif est de « consolider le développement productif et social des familles de caféiers, en garantissant la durabilité de la culture du café et le positionnement du café colombien comme le meilleur du monde ».

La FNC agit en tant qu’organe de régulation du marché du café. Il s’agit d’un modèle unique au monde. Elle est habilitée à gérer, par délégation du gouvernement, le Fonds national du café, « un compte du trésor public consacré en permanence à la défense, à la protection et à la promotion de l’industrie colombienne du café (…) »

Le FNC apporte une garantie d’achat à de nombreux producteurs grâce à un système de coopératives régionales. Ce système de commercialisation compte 36 coopératives, 492 points d’achat, 13 entrepôts généraux qui stockent, traitent et exportent le café. La Fédération possède également la plus grande entreprise de lyophilisation de café au monde, située à Chinchiná, dans la ceinture historique du café.

Cependant, malgré son rôle important dans la régulation du marché, la FNC n’est pas exempte de toute critique. Au fil des années, les décisions qui semblent favoriser les intérêts privés et affaiblir le secteur du café ont été remises en question et suscitent la méfiance des petits producteurs.

Les défis de l’industrie du café en Colombie

Il est reproché à la Fédération nationale des producteurs de café de s’éloigner de la réalité du café et de la situation économique régionale pour favoriser un groupe fermé de producteurs et d’exportateurs de café. La destination et la bonne gestion des ressources du Fonds national du café ont également été mises en cause. Enfin, le développement d’une stratégie de changement productif et de modernisation de la filière café qui n’a pas pris en compte la logique, les connaissances des producteurs et les conséquences environnementales, a été remis en cause.

Une concentration extrême de la terre

Le processus de concentration des terres est un problème structurel dans le pays qui est exacerbé par l’absence de réforme agraire, provoquant des niveaux plus élevés d’insécurité et de violence dans les campagnes. La structure agraire de la Colombie a subi une transformation considérable, passant d’une structure de propriétaires terriens majestueux à une forme de propriété capitaliste « moderne » concentrée, qui représente entre 40 et 70 % des terres les plus fertiles, orientée vers le marché extérieur et avec une utilisation réduite de la main-d’œuvre.

Curieusement, on observe une division excessive de la terre en très petites propriétés. Les petits producteurs (beaucoup n’atteignent pas 2 ha) sont épuisés, improductifs, peu formés et incapables de faire face seuls aux défis du changement climatique.

L’extrême pauvreté en jeu

De nombreuses exploitations de café correspondent à un modèle d’agriculture familiale typique. Le café reste la principale source de revenus pour toute la famille malgré la chute continue des prix au cours des quatre dernières années, la perte de résistance des variétés hybrides à la rouille, l’augmentation des températures qui favorise la propagation des maladies et des parasites, l’augmentation des coûts de production (main-d’œuvre, engrais, fertilisants, etc.), la réalité d’une culture qui nécessite encore 60 % de travail humain (pour cueillir les cerises de café sur les collines où pousse l’arabica), le manque de rentabilité des petites extensions foncières… Face à tous ces problèmes, les familles de caféiers ne peuvent plus vivre uniquement du café et sont souvent en danger de pauvreté extrême.

Elles n’ont d’autre choix que de diversifier leurs cultures (avec des bananes par exemple), de trouver des emplois complémentaires en dehors de l’exploitation ou, dans certains cas, d’abandonner le café pour se tourner vers l’élevage ou investir dans des activités touristiques. Le département du Quindío, dans la fameuse « ceinture du café », illustre bien cette tendance. Cette région était l’une des plus productives dans le passé et si l’on y trouve encore un peu de café, la plupart des exploitations se sont transformées en fermes d’élevage ou sont devenues une attraction pour de nombreux touristes de passage dans cette région.

Producteur de café en Colombie

Nécessité d’investir dans des infrastructures adéquates

Le secteur colombien du café souffre d’un manque d’infrastructures dans les zones montagneuses, en particulier dans les départements de Cauca, Huila, Tolima et Nariño. Le transport de marchandises vers une grande ville pour y vendre du café est le plus grand défi pour certains producteurs, car certaines régions ne sont accessibles qu’en moto, ce qui limite drastiquement le volume transportable. Et il semble que ces producteurs isolés ne reçoivent pas beaucoup d’aide pour améliorer l’état général des routes. Il est nécessaire que les autorités locales et fédérales apportent leur soutien et prennent des initiatives dans ce domaine spécifique.

Améliorer la consommation intérieur du café par la pédagogie

En Colombie, le café est la boisson la plus appréciée du pays et représente 47 % de la consommation de boissons. 90 % des Colombiens considèrent le café comme la boisson nationale et 84 % comme le symbole du pays face au monde. Le café est associé à une tradition de convivialité et 50 % des consommateurs ont commencé à le boire avec du lait avant l’âge de 10 ans. Après 30 ans, le tinto (café noir filtré) devient la boisson reine. Beaucoup le boivent avec de l’eau de panela, autre produit phare du pays. La Colombie a donc un potentiel de consommation très intéressant. Mais alors… Pourquoi la majorité du café est-il produit pour l’exportation ?

Tout d’abord, parce que depuis la fin du 19ème siècle, l’industrie du café a été orientée vers l’exportation. Ce qui signifie que le meilleur café partait à l’extérieur et que le moins bon restait dans le pays pour la consommation interne. Les Colombiens ont pris l’habitude de boire ce tinto amer sucré à l’eau de panela. La Fédération fait également remarquer que le panier moyen en Colombie ne permet pas de consommer des cafés de haute qualité normalement exportés. De plus, le pays a été fortement touché par les conflits armés entre le gouvernement, les paramilitaires et les narcotrafiquants qui ont fait de nombreuses victimes au sein de la population. Face à une crise humanitaire aussi grave, il est difficile de proposer un plan de développement gastronomique et une éducation au café de qualité. C’est pourquoi le directeur de l’entreprise Café San Alberto, Juan Pablo Villota, affirme que  » le Colombien doit apprendre à boire du bon café « .

Cependant, le pays change et avec lui, la tendance du café de qualité. Une classe moyenne avec une meilleure capacité d’achat est apparue dans les grandes villes au cours des 10 dernières années. Cette tendance permet le développement de cafés spécialisés dont l’objectif est de sensibiliser les consommateurs à la richesse du café colombien, à sa diversité d’une région à l’autre, afin qu’ils valorisent le travail des producteurs qui se cachent derrière. Il reste encore beaucoup à faire mais la tendance est clairement à la qualité de la consommation et de la production du café colombien.

Les forces du café de Colombie

Plantation colombienne de café

Indication géographique et appellation d’origine

Le café colombien est une indication géographique protégée, qui a été officiellement reconnue par l’Union européenne le 27 septembre 2007. Le terme « café colombien » est également une marque déposée et une appellation d’origine protégée. C’est le résultat d’un travail considérable de la Fédération pour faire reconnaître le café colombien dans le monde entier comme un café de grande qualité.

Une grande diversité de profils sensoriels

Du nord au sud du pays, les cafés colombiens offrent une riche et grande diversité de saveurs due à de multiples facteurs géographiques, climatiques et de transformation qui influent sur l’ensemble de la chaîne de production, de la graine à la tasse.

L’accent mis sur les cafés de spécialité

Si la Colombie a toujours été considérée comme un producteur de café de haute qualité, faisant de « Excelso » ou « Supremo » de véritables références sur le marché, la tendance des cafés de spécialité a révolutionné notre perception de ce que doit être un bon café. Il existe désormais des critères d’évaluation physique et sensorielle qui permettent à d’autres types de cafés, d’autres origines, d’accéder au marché des cafés de spécialité. Face à ces nouveaux concurrents, la Colombie ne peut pas se contenter de se reposer sur ses lauriers et de considérer comme acquis ce qu’elle a réalisé en tant que producteur du tiers monde en termes de volume.

Le paysage du café a également changé. Si l’on parlait traditionnellement de la ceinture du café en référence aux départements de Caldas, Quindío et Risaralda, cela fait déjà quelques années que l’intérêt des acheteurs s’est tourné vers le sud, dans les départements de Valle de Cauca, Cauca, Huila et Nariño.

Il convient de noter que les acteurs du café de spécialité (producteurs, coopératives, torréfacteurs) et les centres de recherche tels que Tecnicafé investissent du temps et de l’argent dans l’expérimentation des processus – fermentation et séchage – afin d’améliorer la qualité du café, de réduire les coûts de production, d’obtenir de meilleures performances et de meilleurs paiements.

Ces mêmes acteurs veillent également à l’éducation des producteurs, en particulier les plus petits et les plus isolés, afin qu’ils comprennent mieux les étapes du processus, de la graine à la tasse. L’objectif est de leur montrer la voie vers le marché spécialisé qui offre une meilleure valeur ajoutée et peut contribuer à améliorer la qualité de vie des producteurs.

Les jeunes sont également encouragés à travailler avec le café grâce à cette nouvelle vague. Les cafés spécialisés abondent désormais dans les grandes villes. Sur le terrain également, la génération la plus jeune et la plus éduquée est encouragée à prendre la relève, en récupérant les terres abandonnées pour maintenir la tradition du café, en mettant en œuvre de bonnes pratiques agricoles et en soutenant les petits producteurs avec des projets innovants.

Grains de café séchant

Focus sur notre café

Colombie - La Fabrica - Lavé
Profil : gourmand - Notes : cerise, chocolat au lait, fraise
Ce café colombien certifié BIO est cultivé en haute altitude. Il vous séduira pour ses notes fruitées de fraise, cerise et gourmandes de chocolat au lait. 

Carte d'identité du café

Pays & régionColombie, Tolima
PlantationLe marché du café en Colombie
VariétéCastillo, Caturra rouge
Profil aromatiqueGourmand
RécolteJuillet 2023
ProcessFermentation anaérobique
Altitude2000 m
Christophe apportant un café en courant